Une séance de Q et R avec la seconde d'un pétrolier

Avez-vous déjà souhaité avoir les moyens d'explorer davantage le monde ? Nous avons récemment eu la chance de parler avec Megan Fetter. En tant que second à bord d'un navire-citerne de l'Algoma Central Corporation, elle a vu les Grands Lacs d'une manière que la plupart d'entre nous ne peuvent que souhaiter. Elle profite également de son horaire de travail (mois de travail/mois de congé) pour parfaire sa formation professionnelle et satisfaire son envie de voyager.

Originaire de LeRoy, une petite communauté agricole de la Saskatchewan, Megan Fetter doute de pouvoir un jour retourner sur la terre ferme. Elle a trouvé une carrière qui la pousse à réaliser son plein potentiel et qui convient à son style de vie.
Q : Comment quelqu'une des Prairies se retrouve-t-elle à travailler sur l'eau ?
Après avoir obtenu un baccalauréat en sciences animales, j'ai travaillé pendant sept ans pour une entreprise de recherche agricole affiliée à l'Université de la Saskatchewan, mais je ne voyais pas les possibilités dans ce domaine d'accéder à un poste de gestion. Lorsque j'ai entendu parler du programme de diplôme en sciences nautiques de l'Institut de technologie de la Colombie-Britannique (en anglais : British Columbia Institute of Technology : BCIT) à Vancouver, j'ai posé ma candidature. Au départ, je pensais que je finirais par travailler sur un navire de croisière, mais j'ai fini par être recruté comme cadet par un armateur canadien qui transporte des marchandises et j'ai vraiment aimé ce travail.
Q : Qu'est-ce qui vous plaît dans le fait de travailler sur les Grands Lacs ?
Le fait de pouvoir déplacer des ressources sur les Grands Lacs me rappelle également mon passé agricole. J'ai également été impliqué dans le transport de céréales pour mon entreprise dans le passé.

Et, même si c'est un cliché que vous entendez toujours de la part des marins, les levers et couchers de soleil sont magnifiques. Les couleurs du ciel varient selon l'endroit où l'on se trouve. À certains endroits, il est d'un bleu plus profond, rouge ou orange. J'aime être sur le pont lorsque le soleil se couche, et que l'eau est si calme et si plate que vous ne pouvez pas faire la différence entre le lac et l'horizon. C'est aussi très paisible les nuits claires, lorsque, loin des lumières du rivage, on peut voir toutes les étoiles.

“C'est aussi très paisible les nuits claires, lorsque, loin des lumières du rivage, on peut voir toutes les étoiles.”

Q : Pourquoi aimez-vous particulièrement travailler sur les pétroliers ?
J'aime le travail en lui-même. Il y a toujours beaucoup de choses à vérifier et à planifier sur un pétrolier en tant que second, ce qui me tient bien occupé et fait que même les quarts les plus longs passent vite. De plus, chaque jour est différent en ce qui concerne la gestion des documents et des procédures spécifiques à chaque port et/ou quai, ainsi que l'utilisation des pompes pour les opérations de chargement ou de déchargement. Il y a un élément pratique que j'apprécie vraiment.

Depuis que j'ai commencé ma carrière maritime il y a cinq ans, j'ai également travaillé sur des navires autodéchargeurs et des transporteurs de marchandises, mais j'ai fait une grande partie de ma formation sur des pétroliers et j'aime beaucoup cela, car il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre et j'ai des pairs qui sont prêts à m'aider à le faire.
Q: Est-ce une ligne de travail qui satisfait votre désir d'évoluer dans votre carrière ?
Absolument ! Comme je l'ai mentionné, j'ai des pairs qui me soutiennent dans mon apprentissage de nouvelles choses. De plus, je poursuis mes études au BCIT à Vancouver pendant mon congé et j'espère obtenir mon mon brevet de chef-officier d'ici le printemps.
Q : Comment ça se passe de travailler pendant un mois et d'avoir ensuite un autre mois de congé ?

Parfois, il s'agit d'une alternance de deux ou trois semaines, mais j'aime beaucoup ces horaires parce qu'ils me laissent le temps de faire ce que je veux. En ce moment, je suis toujours en Colombie-Britannique et j'aime beaucoup explorer cette province pendant mon congé. J'ai aussi le temps de rendre visite à ma famille.


COVID-19 a mis un frein à mes projets de voyage pendant un certain temps, mais je recommence à envisager de visiter d'autres endroits, ce que je peux faire plus facilement avec mon temps libre. Je ne sais pas encore où je m'installerai dans quelques années, mais je suis sûr qu'il y aura du travail pour moi dans ce domaine.

Q: Y a-t-il d'autres femmes dans des rôles similaires au vôtre ?
C'est encore un secteur dominé par les hommes, et encore un peu plus du côté des pétroliers. Dans mon entreprise, il y a cinq femmes sur les 200 personnes qui travaillent sur les pétroliers, mais il y a de plus en plus de femmes qui arrivent à bord. Cela peut parfois être un défi lorsque les gens ne savent pas comment vous traiter. Dans certains cas, ils veulent être utiles mais ne savent pas s'ils doivent proposer leur aide. J'essaie toujours de faire comprendre que je suis juste une personne qui travaille comme tout le monde, ce qui permet de gagner le respect des gens.

Mon entreprise a beaucoup soutenu l'embauche de femmes et leur a fourni les ressources nécessaires. Par exemple, deux ans après mon embauche en 2017, j'ai été envoyée avec d'autres femmes qui étaient de nouvelles cadettes à la conférence Women on the Water au Texas. J'ai beaucoup appris sur ce qu'est le secteur pour les femmes du côté américain et j'ai noué de bonnes relations là-bas. J'ai l'impression que les femmes sont plus nombreuses à entrer dans le secteur depuis que je l'ai rejoint il y a cinq ans.
Q: Votre entreprise vous a-t-elle soutenu d'autres manières ?
Absolument ! Depuis le moment où j'étais cadette et où la compagnie m'a contactée pour que je fasse ma formation sur ses navires, puis m'a engagée lorsque j'ai obtenu ma certification. Nous recevons également d'autres formations lorsque nous en avons besoin. Par exemple, j'ai récemment reçu de l'information sur la façon de positionner notre navire pour passer correctement dans la station d'enregistrement sonore sous-marine près de Rimouski.

Une fois que nous sommes passés par la station, nous informons les responsables du projet afin qu'ils puissent utiliser les informations des hydrophones pour établir la signature acoustique de ce navire. Je n'ai pas encore emprunté cette voie, mais je suis prête avec toutes mes notes si nous le faisons. Ayant vécu à Vancouver, je connais bien la question du bruit sous-marin affectant les baleines et les efforts importants déployés pour rendre les navires beaucoup plus silencieux.

“Je connais bien la question du bruit sous-marin affectant les baleines et les efforts importants déployés pour rendre les navires beaucoup plus silencieux.”

Q: Qu'est-ce que ça fait d'être à bord avec une douzaine d'équipages pendant un mois à la fois ?
Vous développez des amitiés très fortes car vous vivez avec ces personnes pendant la moitié de l'année et vous apprenez vraiment à les connaître. J'ai rencontré tellement de personnes différentes et j'en ai appelé beaucoup à mes amis et je suis restée en contact avec eux. Et même s'il s'agit d'une grande industrie, vous constatez que presque tout le monde se connaît, ou que vous avez des gens en commun.

“Et même s'il s'agit d'une grande industrie, vous constatez que presque tout le monde se connaît, ou que vous avez des gens en commun.”

Q: Comment votre famille a-t-elle réagi à ce choix de travail de votre part ?
Ils ont du mal à comprendre pourquoi j'aime tant ce que je fais. Ma mère, qui a toujours vécu dans une petite ville des Prairies, n'est pas très au courant, car tout est finalement livré à son domicile par camion. Pourtant, 80 % de nos échanges commerciaux reposent sur le transport maritime. C'est une industrie énorme sur laquelle les Canadiens comptent, mais qui ne reçoit pas beaucoup d'attention.

Pourtant, il existe un tel éventail d'emplois potentiels et de possibilités dans le domaine maritime. Si vous aimez les gens, vous pouvez travailler dans le transport de passagers. Si vous préférez le transport de marchandises, il y a ça. Oui, vous devez étudier dur pour obtenir vos qualifications et être prêt à travailler de longues journées, mais il y a tellement de possibilités de faire le travail que vous voulez et de réaliser votre potentiel et peut-être même des sommets dont vous n'auriez jamais rêvé. Je suis dans le secteur depuis presque cinq ans maintenant, et pour moi, ce n'est pas seulement un travail, mais une carrière et un style de vie. J'adore ça !
Parler avec Megan de sa décision de poursuivre une carrière dans la marine a été un tel plaisir. Son parcours explique vraiment pourquoi vous devriez aussi "Imaginer la marine" !

Vous souhaitez savoir comment joindre l'industrie maritime ? En savoir plus ici.
Auteur: Julie Gedeon
Participez à la conversation
Imagine Marine, une initiative de la FCMC © 2022, Fondation des carrières maritimes canadiennes, tous droits réservés.
web design
conception web par